Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nuit debout en Aveyron

Après l'appel des organisations syndicales à se rassembler samedi 9 avril à 10h30 dans les principales villes de l'Aveyron, à Villefranche de Rouergue (place de la Liberté) et Rodez (jardin publique), des citoyens ont décidé de relayer l'appel Nuit Debout et d'occuper l'espace publique.

La Loi El-Khomri a été l'élément déclencheur de la mobilisation sociale du mois de mars, mais le ras-le-bol est bien plus général contre cette société inégalitaire. Le nouveau scandale de fraude fiscale des « panama papers » n'est pas pour calmer les esprits.

Tout comme l'appel à manifester dès le 9 mars a été impulsé par la base des organisations syndicales sans attendre les directives des états-majors, les Nuit Debout sont des initiatives issues de la population elle-même (répondant cependant à l'appel du journal Fakir).

Qu'une mobilisation sociale parte de la base et s'auto-organise ne peut que nous plaire, notre courant politique est issue de cette philosophie. Nous soutenons donc cette mobilisation.

Parler de mouvement apolitique comme le font les premiers observateurs est un abus de langage. Se battre pour la défense du code du travail, contre les inégalités et les injustices sociales, mettre en place des pratiques de démocratie directe est proprement politique. Que le mouvement soit non-partisan serait plus approprié. Il n'est ni piloté ni représenté par quelques organisations politiques que ce soit, et cela nous convient.

Que ce mode d'organisation devienne une force. C'est ce qui est en train de se passer à Paris où se rencontrent des citoyens motivés, des militants de gauche sans patriotisme de parti, des universitaires comme Frédérique Lordon et des syndicalistes comme Mickaël Wamen.

C'est ce type de convergence de luttes qui peut créer un mouvement contestataire puissant. Syndicalistes, salariés, chômeurs, prof contestant la réforme des collèges, membres d'associations défendant l'accueil des réfugiers, zadistes, agriculteurs, militants combattant les lois sécuritaires etc.

Comme malheureusement le gouvernement actuel se revendique de gauche, ce terme devient galvaudé et suscite la méfiance d'une grande partie de la population. Il est pourtant nécessaire que les partisans des Nuit Debout se rassemblent autour de dénominateurs communs. Si le mot gauche est tabou, parlons de Justice Sociale, d’Égalité et de Démocratie Directe.

Si la spontanéité des citoyens en colère et le savoir-faire des militants politiques et syndicaux se conjuguent, sans préjugés des uns et sans snobismes des autres, ce mouvement est destiné à de grandes victoires.

« Les masses sont les véritables héros »

GH

Tag(s) : #Les billets de G.H.

Partager cet article

Repost 0