Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réunion publique du comité NPA vendredi 3 octobre :

Une première à Villefranche de Rouergue !

Le comité pour « un nouveau parti anticapitaliste » de Villefranche de Rouergue a tenu sa première réunion publique le vendredi 4 octobre avec 38 participants. C’était une première pour ce collectif qui a commencé à se réunir il y a seulement trois mois en juin 2008. Cette réunion avait pour but de présenter les raisons d’exister et les objectifs du NPA tant localement à Villefranche et dans l’Aveyron qu’au plan national.

      L’un des animateurs du comité, Jacques Rixens, a d’abord expliqué comment s’était constitué à Villefranche ce comité.

     Il a remonté à l’existence d’un collectif pour le non au référendum sur la constitution européenne qui agissait en bonne relation constructive avec le groupe local d’ATTAC. Ce collectif pluraliste s’était prolongé en collectif anti libéral. Les différentes options qui se sont manifestées lors de la campagne présidentielle n’ont pas permis à ce regroupement de se maintenir comme lieu d’action. Et Sarkozy a été élu avec ses offensives tout terrain et l’absence de réponse à la hauteur de la part des organisations de la gauche traditionnelle.
    C’est dans cette situation qu’a été reçu l’appel de LCR à la création d’un nouveau parti anticapitaliste. Avec l’aide de militants LCR de Decazeville et sur la base du bouche à oreille entre militants, des premières réunions démarrèrent en juin 2008. Le comité de Villefranche a donc dépassé dès son début le cadre de la seule LCR pour réunir militants et militantes aux parcours différents mais avec un objectif partagé, participer à la construction de ce nouveau parti anticapitaliste.

Où en est l’avancement de la création du NPA ?
   Fred Borras, membre de la direction nationale de la LCR et du comité d’animation national du NPA, avant de faire le point sur l’état d’avancement de la création du NPA, a tenu à rappeler le contexte dans lequel nous étions : une triple crise écologique, financière et sociale qui illustre comment le capitalisme fondé sur le pouvoir d’une minorité ne recherche que le profit et va à l’encontre des besoins de la majorité. Il a indiqué que la crise actuelle était celle d’un capitalisme pur et qu’il fallait donc lui opposer un anti capitalisme pur. Le nouveau parti anticapitaliste est dans sa phase de construction avec déjà 400 comités dans toute la France. Le congrès de fondation aura lieu en janvier 2009 et les comités ont reçu des propositions en ce qui concerne le programme et le fonctionnement de l’organisation. Ce ne sont pas des textes tout ficelés venant du sommet, mais bien des canevas pour entraîner un processus impliquant réellement les structures de base.

Un débat pour agir !
   Le débat qui eu lieu ensuite fut très varié traduisant bien la diversité de préoccupations et de parcours entre les participantes et participants. L’un des premiers thèmes développés fut la nécessité de se démarquer radicalement des comportements politiques traditionnels qui acceptent enrichissement et privilèges par leur fonction. Le mot droiture fut ainsi prononcé comme exigence de base, cela allant de pair avec la révocabilité des élus sur la base du jugement démocratique de leurs pratiques. Pour certains, la question du programme de la future organisation fut aussi posée, de son mode d’élaboration et de ses références historiques apparut poser problème. La nécessité d’œuvrer à une réponse au moins européenne fut affirmée Les différences d’histoires entre les participants furent exprimées avec deux écueils à éviter, celui d’aboutir à un regroupement de militants d’abord tournés vers leurs anciennes divergences, mais aussi celui d’un oubli des indispensables leçons de l’histoire du mouvement social. A cet égard, il faut tenir compte des échecs passés : il est contraire aux intérêts de la majorité de la populations de participer à un gouvernement, si c’est pour être condamné à gérer la crise du capitalisme.

Cette discussion riche et diverse déboucha sur une volonté d’agir tous ensemble. Il apparut clairement que le comité NPA de Villefranche ne vivra que s’il se lie aux luttes et actions qui se déroulent dans la ville et ses alentours. L’exemple en fut donné par de la manifestation du lendemain samedi 5 octobre à Rodez en défense des services publics, et à laquelle les comités NPA de l’Aveyron ont appelé par voie de tracts.


Au boulot !
      Et ceux qui le peuvent iront le vendredi 11 octobre à Decazeville pour participer à la première réunion publique NPA du bassin.

Les étapes de préparation de la constitution du comité NPA de Villefranche s’achèvent. Au boulot maintenant ! La prochaine réunion du comité fut annoncée pour le mardi 14 octobre à 20H30, toujours à la Maison des sociétés.

 

 

Jcv

 

 

Tag(s) : #Archives NPA Villefranche de Rouergue

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :