Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Alain Fauconnier, sénateur aveyronnais, est-il naïf ou bien lâche ?

 

L'autorité palestinienne va demander son adhésion à l'ONU en temps qu'État. Cette démarche politique et diplomatique ne réglera pas le conflit israélo-palestinien. Certaines organisations palestiniennes sont également plus que réservées sur l'utilité que cette action. Cependant les réactions d'Israël et de ses alliés qui tentent de freiner cette initiative et menacent d'exercer des pressions sécuritaires et financières sur l'Autorité Palestinienne, montrent que cela gène et emmerde. Rien que pour cela, la démarche mérite d'être soutenue.

 

En France, 110 parlementaires viennent de s'inscrire dans la longue tradition de lâcheté diplomatique de l'État Français. Sous l'impulsion des groupes d'amitié France-Israël au Sénat et à l'Assemblée Nationale, ceux-ci interpellent Sarkozy pour que la France mette son veto à la demande de reconnaissance de la Palestine comme État. On trouve des bourrins pro-sionistes comme Éric Raoult et Claude Goasguen mais aussi deux candidats aux primaires ''socialistes'' Manuel Valls et Jean-Michel Baylet. Parmi eux également Alain Fauconnier, sénateur ''socialiste'' de l'Aveyron.

 

Quels sont les arguments de ces braves gens ?

 

La reconnaissance d'un État Palestinien serait mauvais pour les palestiniens (sic!) : il vaut mieux évidement qu'ils restent sans statuts, sans frontières définies donc sans recours face aux colonisations israéliennes, c'est tellement plus pratique pour eux !

 

La demande de l'Autorité Palestinienne serait une démarche unilatérale : parce que lorsque 193 pays débattent de la question palestinienne à l'ONU c'est unilatérale ?

 

Cette démarche entrainerait un nouveau cycle de violence : là-dessus ils n'ont pas tord. En cas de reconnaissance d'un État Palestinien, Israël ne tenterait pas des mesures de rétorsions sur le Brésil(qui pour la reconnaissance) évidement, mais ferait payer l'impudence des palestiniens d'oser invoquer le droit international (des arabes qui donneraient des leçons de justice à des blancs et puis quoi encore ?). Le premier pétard mouillé qui tomberait coté israélien serait prétexte à une riposte de bouchers comme l'État hébreux en a le secret. Mieux vaut donc céder aux exigences du plus fort, et ne pas tenter de faire jouer le droit international, voilà ce que font les lâches.

 

Les parlementaires préconisent des négociations et des concessions réciproques entre palestiniens et israéliens. Comment négocier quand une puissance étrangère occupent militairement les deux tiers de son pays, contrôlent les frontières, l'accès à l'eau et aux énergies ? Comme si des négociations sereines et équitables pouvaient avoir lieu. Voilà ce que croient les naïfs.

 

Ces parlementaires et tous ceux qui soutiennent Israël font semblant de ne pas savoir que l'État hébreux n'a jamais tenu compte des résolutions de l'ONU, condamnant l'occupation de la Cisjordanie, les colonisations et les massacres de civils comme ceux de Gaza en 2009. Ainsi agissent les hypocrites.

 

Dans quelle catégorie se range notre sénateur ''socialiste'' Alain Fauconnier ? Pas dans celui de la justice en tout cas.

 

Une hypothétique reconnaissance d'un État palestinien ne résoudrait pas tout. Le combat pour les droits du peuple palestinien est un combat plus générale pour la justice et la paix. Et il n'y aura pas de justice avec un État palestinien croupion, fait de bantoustans et sans souveraineté réelle. Pas de justice sans droit au retour de tous les réfugiés, sans la fin de la colonisation et de l'occupation, sans la fin du système d'apartheid. Il n'y aura pas de paix, sans que soit respecté le droit à l'autodétermination du peuple palestinien.


 

 

 

 

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0