Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Ceci est une histoire vraie

 

Il existe un vieux conflit dont on ne fait peut-être plus assez attention. Pourtant sa longévité, le carte aveyron rouergenombre de victimes, de personnes déplacées et les questions de droits et de justices bafouées mériteraient une prise de conscience planétaire beaucoup plus forte qu'elle n'est. Je veux parler du conflit entre rouergates et aveyronnais .

 

Depuis plus de soixante ans, ces deux communautés s'affrontent en Aveyron. Au début pourtant, la coexistence était pacifique. Les rouergates, peu nombreux jusqu'en 1947, occupaient quelques terres agricoles regroupées autour de fermes et de coopératives. Mais l'arrivée massive de rouergates venus de toute l'Europe aboutit à des conflits de plus en plus violents qui débouchèrent sur un partage de l'Aveyron en deux entités : l'État du Grand Rouergue et les Territoires Aveyronnais.

 

L'EGR ne respecta pas ce plan de partition de l'ONU et chercha à s'agrandir par plusieurs guerres. Les succès militaires furent tels que désormais l'EGR contrôle la majorité des ressources en eau, en terres agricoles ainsi que les frontières et les grands axes économiques.

 

En 2010, la colonisation des Territoires Aveyronnais continue, voici un court panorama :

 

Les Territoires Aveyronnais sont coupés en deux. Il y a l'Est-Aveyron, la zone géographie la plus grande avec pour capitale la ville basse de Rodez, nous y reviendrons. Puis il y a ce qu'on appelle la ''Bande de Millau'', une enclave au sud de l'Aveyron, qui s'étend sur une quarantaine de kilomètres, soit entre Millau et St Affrique, pour une douzaine de kilomètres de large. Dans cette enclave, soumise à un embargo sur de nombreux produits, s'entassent 1,6 million de personnes, soit une des densités de population les plus élevés au monde.


 

Des centaines de colonies rouergates sont installées en Est-Aveyron de façon illégale au regard de la communauté internationale. Il s'agit de petits villages entourés de murs, de barbelés et de miradors, surprotégés par l'armée rouergate. L''eau et les axés routiers sont prioritairement orientés vers ces colonies au détriment des villages aveyronnais.


 

Pour les populations aveyronnaises, la vie n'est pas facile. Les coupures d'eau et d'électricité sont quotidiennes. Des check-point coupent la plupart des routes, il faut ainsi parfois jusqu'à dix heures pour traverser le pays. Le taux de chômage des aveyronnais frôle les 60 %. Les anciens parlent, en occitan, à leurs enfants, petits-enfants et maintenant arrière-petits enfants. Ils évoquent avec émotion leur maison et leur terres qu'ils ont dû abandonné il y a un demi-siècle.


 

La ville haute de Rodez, autour de la cathédrale est occupée par les rouergates, là encore sous haute protection militaire. Des miradors surplombent la ville basse aveyronnaise. Il n'est pas rare que les jeunes appelés désœuvrés de l'armée rouergate s'amusent à tirer au fusil à lunettes sur les cabas des grands-mères qui se rendent au marché d'Onet-le-Château, semant ainsi la panique et provoquant de nombreux blessés.


 

Bien sûr les aveyronnais ne sont pas restés les bras croisés durant toutes ces années. La résistance ou le terrorisme, selon où on se place, a été actif depuis le début du conflit. Les pacifistes et la société civile ont aussi combattu longtemps, mais les déclarations de principe de L'ONU, restées sans effet, ont décrédibilisé leur action.


 

Les catholiques intégristes aveyronnais ont de l'argent et sont organisés. Ils financent des projets, ouvrent des écoles, construisent des infrastructures mais ce n'est pas sans contreparties. Dans les zones contrôlées par les milices catholiques, la laïcité a été abolie tout comme la mixité. Le jeun est obligatoire le vendredi, et la messe ''fortement recommandée'' le dimanche.

 

Tout n'est donc pas blanc ou noir. Les partis populistes progressent et la corruption gangrènent les élites aveyronnaises. A l'autre extrémité, il existe un mouvement pacifiste rouergate qui souhaite la fin du conflit et une paix équitable. Ces derniers subissent de nombreuses critiques, comme celle de propager un racisme anti-rouergate qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire.

….........................................

 

On me fait signe dans mon oreillette que le correcteur d'orthographede mon ordinateur s'est emballé. Il vous faudrait remplacer rouergates et aveyronnais par israéliens et palestiniens ainsi que quelques autres mots par d'autres. Espérons que ce petit bug ne sème pas de confusion.

 

Le collectif ruthénois pour la campagne BDS (boycott, désinvestissement, sanction), à l'initiative du Comité Rodez-Palestine et auquel le NPA s'est associé, organisera une manifestation de sensibilisation fin janvier 2011 à Rodez (dans la ville haute).

 

GH

Tag(s) : #GA Aveyron

Partager cet article

Repost 0