Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  Depuis le samedi 24 avril, Guillaume militant du NPA en Aveyron, est en Palestine avec le comité Palestine 12, il nous fais vivre ce voyage en temps réel avec ses "Chroniques palestiennes", dont voici le troisiéme volet.

 

Chroniques palestiniennes 3 : Manif à Bil'in

 

Vous n'êtes pas sans savoir que l'Etat d'Israël a construit depuis 2002 un mur de séparation entre Israël et la Cisjordanie. Les israéliens étant des billes en cartographie, le mur avance à 80 % dans le territoire palestinien, annexant de facto 46 % de la Cisjordanie. Loin de garantir une sécurité à l'Etat d'Israël, cette politique valide les projets de colonisation sioniste bien antérieurs aux accords d'Oslo de 1993.

 

Le village de Bil'in est un exemple cruel des réalités engendrés par ce mur (8m de haut, 680 Km de longueur totale soit trois fois la frontière Israël-Cisjordanie). En 2005, 1700 habitants ont vu leur village amputé de 60 % de ses terres agricoles et une partie des oliviers arrachés pour faire de la place à une colonie de juifs orthodoxes. Fondée en 1993, elle compte 48 000 habitants aujourd'hui avec pour projet d'ici 2020 d'amener ce chiffre à 150 000.1485_file_khalil.jpg

 

Au début de la construction du mur, les habitants ont manifesté tous les jours. Certains ont réussi à s'infiltrer de l'autre côté et ont construit une maison palestinienne au milieu des immeubles de sept ou huit étages de la colonie.

Désormais, les manifestations ont lieu tous les vendredis. Les habitants ont joué le jeu de la médiatisation internationale. Chaque semaine, les cortèges sont composés d'habitants de la région et ''d'internationaux'', ainsi appelle-t-on les étrangers venant consacrer du temps d'une façon ou d'une autre à la cause palestinienne.

C'est ainsi que nous autres, internationaux aveyronnais, nous sommes retrouvés à Bil'in ce vendredi 29 avril.

 

Mohammed Katib, le coordonateur des manifestations de Bil'in, nous a reçu dans les locaux du Comité Populaire et nous a rappelé l'origine de cette mobilisation, avant de nous donner quelques consignes pour la manif. En effet, cette action hebdomadaire n'est pas sans risque, ce qui inquiétait quelques membres du groupe. Pas moi bien sûr, les zones de guerres je connais, ayant terminé juste avant ce voyage Medal of Honnor en mode vétéran, c'est vous dire ! Suivant la situation locale et internationale, la riposte des gardes israéliens peut être plus ou moins violente : bombes lacrymogènes, canons à eau, arrestations, tirs… Depuis le début de la mobilisation, on compte 1200 blessés, 100 arrestations et deux morts.

 

Ce jour là, la manif compte 100 à 150 manifestants. Outre les slogans contre le mur, on entend des appels à l'unité palestinienne et la fin des luttes entre Fatah et Hamas. Je craignais que la manif soit une aire de jeu pour internationaux voulant faire mumuse à l'intifada, mais non. Ce jour là du moins, tous les internationaux (d'autres français, des anglais et même des israéliens) se sont bien tenus, écoutant et respectant les consignes des palestiniens. Le but était d'atteindre les barrières de séparation à un quart d'heure à pied du village. Même çà c'est trop pour les geôliers israéliens. Arrivé au dernier virage avant la limite, les gardes ont tiré des grenades lacrymogènes. Certains se protègent en respirant à travers des oignons découpés ou des citrons, beaucoup se contentent d'un keffieh autour du visage. Les plus fortunés ont un masque à gaz.

 

Personnellement, je recommande les lingettes couvrant la bouche et le nez, très efficace. Pour protéger les yeux les lunettes de plongé sont imparables, j'ai rien senti. Les lunettes de ski auraient été plus pratique question vision mais c'était compliqué de justifier une saison de ski en avril au Proche-Orient à la douane de l'aéroport.

 

Des jeunes du village ont riposté en lançant des pierres à l'aide de frondes. Aucuns internationaux n'y a pris part. Bilan de la confrontation, quelques yeux rouges de notre côté, un pare-brise de 4x4 détruit chez eux.

Est-ce du tourisme militant que de venir faire un tour dans ces manifs ? Bof, peut-être, mais c'est important de faire cette démarche (n'importe qui nel a fait pas) et de montrer la solidarité internationale. Les palestiniens ne sont pas seuls. Il a manqué à cette manif quelques drapeaux des nationalités présentes (et un du NPA pourquoi pas).

 

Ah oui au fait, la colonisation en Cisjordanie a été jugée illégale par l'ONU au regard des conventions internationale.

Demain nous allons à Jérusalem.

 

le 29 avril 2011

 

GH

 

Chroniques palestiniennes 2 : douanes et Hébron

Chroniques palestiniennes 1

Tag(s) : #International

Partager cet article

Repost 0