Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Relaxe à AZF : le tribunal légitime la délinquance industrielle.

Nous sommes, comme beaucoup de toulousains, révoltés par le verdict du procès AZF. Le tribunal correctionnel de Toulouse a ordonné la relaxe au "bénéfice du doute" des prévenus, l'ex-directeur de l'usine Serge Biechlin et Grande Paroisse (filiale de Total), dans le procès AZF, juste après avoir déclaré "hors de cause", Total et son ex-PDG Thierry Desmarest.

Le tribunal a pourtant énuméré les preuves de «fautes organisationnelles» et de manquements à la sécurité de la société Grande Paroisse, et a reconnu la grande probabilité de lien entre ces défaillances et l'explosion, mais a refusé de condamner en l'absence de preuve formelle de ce lien... Subtilité qui échappe aux milliers de victimes et aux familles des 31 disparus dans l'explosion.

Il a pourtant été évoqué, pendant le procès, que les seuls éléments pouvant établir ce lien de causalité ont été effacés par l'enquète interne menée juste après l'explosion de la société Grande Paroisse. En particulier, la benne qui a déversé le produit chloré DCCNa sur le tas de nitrates (phénomène à l'origine de l'explosion) n'a pas été mise à disposition dans les conditions initiales pour l'instruction.

Pour nous, Total et Grande Paroisse, sont coupables de dissimulation et de délinquance industrielle. Ce procès qui aura mobilisé des moyens "hors-normes", n'aura servi à rien. Aucune leçon de cette catastrophe, du point de vue de la sécurité industrielle, de l'urbanisme et de l'écologie n'ont été tirées. Total et la société Grande Paroisse doivent être rejugés en appel et condamnés lourdement pour éviter la banalisation de la mise en danger des salariés et des populations par leur logique capitaliste.


Pour le NPA31,
Myriam Martin et Julien Terrié
Tag(s) : #Archives NPA

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :