Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contre la résignation, l’urgence d’une alternative à gauche

logo fdg neutre hd 98

QUEL ENJEU, EN 2014, POUR LES MUNICIPALES DE MARS ET, AU-DELÀ, POUR LES EUROPÉENNES DE JUIN ?

CLÉMENTINE AUTAIN (FASE), PIERRE GAYRAL (LES ALTERNATIFS) ET INGRID HAYES (GAUCHE ANTICAPITALISTE), MEMBRES DE LA COORDINATION DU FRONT DE GAUCHE.

 

Nous partageons bien des aspects de la tribune de Pascal Savoldelli, responsable des élections au PCF, parue dans l’Humanité du 8 juillet. Oui, les élections municipales constituent un premier test politique pour l’équipe au pouvoir. Elles sont structurantes dans la vie politique française à l’échelle de millions de citoyennes et citoyens. Oui, le danger est réel d’une extrême droite revigorée par la mobilisation contre le mariage pour tou-te-s et nourrie par la politique menée par le gouvernement Hollande-Ayrault. Ce dernier piétine jour après jour les repères qui fondent traditionnellement l’identité de gauche, du pacte européen (TSCG) à l’accord sur l’emploi (ANI) en passant par le budget d’austérité, les cadeaux au patronat, le refus de l’amnistie et maintenant la « réforme » des retraites, sans parler de sa pusillanimité face aux affaires, de l’abandon du droit de vote des étrangers. Le discrédit du pouvoir socialiste s’affirme et se confirme élection partielle après élection partielle. Au nom de cet échec, des voix de premier plan au PS s’élèvent pour plaider l’union de la gauche au premier tour pour garantir l'accès au second, comme si le rejet populaire de leur politique austéritaire n'était pas le problème numéro un et comme si, par le passé, les victoires s'étaient produites à la faveur d'un rassemblement des différentes composantes de gauche au premier tour. Soyons sérieux.

 

Alors que le Front national et la droite ont fait des élections municipales un enjeu national, le Front de gauche doit viser à changer la donne à gauche, dans l’indépendance vis-à-vis du gouvernement, à faire prévaloir la rupture avec le social-libéralisme. Ces politiques menées depuis plus de trente ans ont accentué l’exclusion, la précarité et les inégalités dans nos villes au moment même où les collectivités locales se voient imposer des charges accrues sans moyens financiers. L’acte III de la décentralisation qui se prépare pourrait aggraver les baisses de dotations avec un impact désastreux sur les plus fragiles et sur les politiques locales. Nous devons marquer notre refus de ces choix et ouvrir un espoir à gauche.

 

Les prochaines échéances électorales ne seront pas seulement un revers comme la socialdémocratie au pouvoir en a traditionnellement connu : les crises que nous traversons et les politiques d’austérité modifient les paramètres de la situation. Leurs effets joueront lors des municipales, que l’on considère l’impact national qu’elles auront inévitablement ou les coordonnées locales. Dans ce contexte, il y a une urgence et une nécessité : nous devons apparaître clairement comme les défenseurs d’un cap radicalement différent de celui du gouvernement pour constituer un bloc social et politique large, à vocation majoritaire, contre l’austérité, en faveur de la transformation sociale et écologique. Comment le faire en alliance avec le PS dès le premier tour ? La politique menée par le gouvernement crée des contradictions au sein même des partis qui le composent. Il faut faciliter les alliances avec les équipes militantes, voire les sections locales du PS ou d’EELV lorsqu’elles s’opposent à l’orientation nationale ou quand elles acceptent nos bases politiques si nous sommes chefs de file. Mais l’on sait bien que ce ne sera pas le cas général, et notamment pas dans les grandes villes. Les situations seront variées, c’est l’évidence, mais nous avons besoin d’une cohérence d’ensemble pour rendre visible l’orientation dont nous sommes porteurs. D’ailleurs, comment déconnecter les élections municipales des élections européennes, où le Front de gauche aura un profil indépendant, alors qu’elles ne sont séparées que de quelques semaines, constituant une même séquence électorale ? Nous avons besoin de listes en phase avec nos convictions, qui nous rassemblent dans notre diversité tout en étant porteuses d’un profond renouvellement. Les municipales sont l’occasion de nouer des liens en profondeur sur tout le territoire avec de nouvelles forces et individus, de travailler concrètement l’élargissement et le rafraîchissement de notre cadre d’action.

« Il y a une urgence et une nécessité : nous devons apparaître clairement comme les défenseurs d’un cap radicalement différent de celui du gouvernement pour constituer un bloc social et politique large, à vocation majoritaire, contre l’austérité, en faveur de la transformation sociale et écologique. »

L’enjeu des élections municipales est donc de construire, loin des logiques d’accompagnement de l’ordre existant, des majorités au service des habitants, capables de redonner confiance au plus grand nombre. Les municipalités aujourd’hui dirigées par le Front de gauche représentent un acquis collectif précieux. Nous sommes résolus à nous battre pour maintenir et élargir cette influence locale. Comme Pascal Savoldelli, nous pensons que,pour peser et se déployer, une force politique a besoin d'un maximum d'élus. Pour y parvenir, dans la durée, il faut que le Front de gauche soit identifié à une proposition politique lisible. Au premier tour, il nous faut donc rassembler les forces opposées à la politique menée par le gouvernement, combattre l'abstention populaire, faire barrage à la droite et à l'extrême droite. Mobilisés contre l'austérité, nous serons les candidats d'une démocratie active, de la défense des services publics, de l'égal accès au logement et aux transports, de la transition écologique, de l'égalité entre les territoires. Nous devons travailler partout où c'est possible, et en particulier dans les grandes villes, à des listes à l'initiative du Front de gauche, pour le premier tour des élections municipales, listes ouvertes aux militants et aux forces qui se reconnaissent dans cette démarche. Au second tour, nous nous mobiliserons pour appeler la population à faire barrage à la droite et à l'extrême droite. Nous proposerons la fusion des listes de gauche contre la droite et l'extrême droite en respectant les votes du premier tour, en refusant toute alliance avec des forces de droite. Nous ferons tout, c'est l'évidence, pour empêcher le FN de conquérir de nouvelles municipalités. Mais notre tâche principale est celle de faire émerger la possibilité d'une alternative à gauche, contre la résignation et la désespérance. Sinon, qui en profitera, à part l'extrême droite ?

Tribune parue dans l'Humanité du 21 août 2013.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :