Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

La Dépêche du Midi dans son numéro du 1er novembre décrit « la croix rouge à cinq branches » qui orne la tombe de défunts espagnols dans le cimetière de Decazeeville. Il n'y a pas de mystère de l'étoile à cinq branches et ce n'est pas un symbole culturel .

 

C'est un signe politique, symbole de l'internationalisme qui unit les prolétaires des cinq continents. Après la révolution de 1917, l'Armée rouge de l'Union Soviétique, avait adopté 29 juin 1918 comme emblème l’étoile à cinq branches comportant en son centre une charrue et un marteau de couleur jaune. Léon Trotski avait été le fondateur de l'Armée Rouge créée le 23 février 1918.

 

Cet insigne de l'internationalisme fut porté par les militants communistes, notamment dans la guerre d'Espagne où les brigades internationales luttèrent contre le fascisme du général Franco.

 

Un blog hébergé sur le site du journal Le Monde met en ligne une photo publiée par le journal Regards en juin 1936 où Marcel Cachin, l'un des dirigeants historiques du PCF de l'époque, assiste à un défilé aux cotés d'une jeune milicienne espagnole le poing levé. Tous deux arborent cette « étoile à cinq branches »

 

De nombreux espagnols qui vécurent à Decazeville ont tenu à ce que leurs tombes portent ce signe de leur résistance au franquisme. Les fleurs rouges qui sont déposées chaque 1er mai sont bien un témoignage envers des militants qui croyaient en l'unité des cinq branches de l'étoile rouge, les opprimés des cinq continents.

 

Michèle Villanueva et Jean-Claude Vessillier

militants du NPA Villefranche de Rouergue

Partager cet article

Repost 0