Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOBILISATION MARDI 15 MARS A 13h,

PLACE DECAZES / DECAZEVILLE

 

Après avoir subi un séisme d'une magnitude de 8, 9 sur l'échelle de Richter et un Tsunami, de nouvelles catastrophes s'abattent sur le Japon. Malgré l'arrêt automatique de onze réacteurs nucléaires, une première explosion d'hydrogène a détruit le bâtiment du réacteur n°1 de la centrale Fukushima Daiichi et son cœur nucléaire serait en train de fusionner. Selon nos dernières informations, ce serait au tour du coeur du réacteur n°3 de la centrale d'entrer en fusion et de risquer l'explosion alors que l'agence météorologique japonaise annonce que des répliques séismiques sévères sont à craindre dans les prochains jours !


L’agence de sûreté nucléaire japonaise a révélé la présence de césium radioactif sur le site. Les conséquences exactes de cet accident ne sont pas encore connues. En juillet 2007, le même exploitant, Tokyo Electric Power, avait rendu public une fuite de 1.200 litres d'eau contenant des éléments radioactifs à Kashiwazaki plusieurs heures après un séisme. Mais, on peut d'ores et déjà constater qu'une nouvelle fois les faits contredisent les discours rassurants des pro-nucléaires qui minimisent systématiquement les risques d'accidents et les dangers encourus par les salariés et la population.
Bien que les tremblements de terre soient moins fréquents en France, nous ne sommes pas pour autant épargnés par ce type de danger. En effet, en 2003, des documents confidentiels internes d'EDF révélaient que 34 des 58 réacteurs français n'étaient pas conformes face au risque sismique. Les travaux engagés depuis par EDF ont été réalisés sur la base de rapports sous estimant la fréquence et l'intensité des tremblements de terre. Un accident du type de Fukushima Daiichi pourrait donc se produire en France, même avec un séisme d'une intensité plus faible.


D'autre sites sont concernés, comme, par exemple, les 18 installations nucléaires du CEA à Cadarache sur la faille de la moyenne Durance, où s’est produit le plus gros tremblement de terre connu en France, il y a 102 ans. Ce même site comportera peut être un jour une 19eme installation puisqu'il a été choisi pour l'implantation du projet Iter !

Le NPA réaffirme son opposition au nucléaire civil et militaire, et revendique la création d'un grand service public de l'énergie sans nucléaire géré par les usagers et les travailleurs, qui favoriserait en priorité les économies d'énergie et les énergies renouvelables.

Tag(s) : #Archives NPA Decazeville

Partager cet article

Repost 0