Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En 2012, la France paiera 48 milliards d'euros d’intérêts sur la dette. Ce sera le plus gros budget
de l'Etat !
Depuis le début de la crise financière de 2008, les Etats dépensent des milliards pour les banques tandis que la dette publique explose. Cette dette n’est pas le résultat d’une dépense excessive parce que nous aurions vécu au-dessus de nos moyens. Ce discours mensonger cherche à culpabiliser la population.
La dette est le produit d’une fiscalité favorisant les plus riches depuis de nombreuses années. Elle est aussi le résultat d’emprunts sur les marchés ou des plans de sauvetage des banquiers. Maintenant, ces derniers spéculent et exigent des
taux d'intérêt toujours plus élevés pour prêter aux Etats. Aujourd'hui, c'est aux salariés et à la population que les gouvernements font payer la facture. Partout en Europe, ils décident de supprimer des postes dans les services publics, de casser la protection sociale, l'école et l'Hôpital publics, de baisser les pensions de retraite. Cette course généralisée à
l'austérité entraîne de nouveaux sacrifices pour les salariés et la population, l'explosion du chômage, de la précarité et de la misère.
Cette fuite en avant est en train de provoquer une nouvelle récession et au final aggrave encore les déficits publics. C’est un puits sans fond !

 

On ne paye plus !
Contre tous les plans d'austérité, il faut un moratoire,
c’est à dire suspendre immédiatement et partout le
paiement de la dette publique.
Partout en Europe, il faut imposer un audit démocratique
et populaire de la dette publique des Etats et
des communes, une sorte de tribunal de la dette. Qui a
prêté et spéculé ? Combien d’intérêts ont été payés et à
quel taux ? Quelle part a déjà été remboursée ?
Comment la dette a-t-elle enflé ? Quels chemins ont suivi
les capitaux ? A quoi ont-ils servi ?
L’essentiel de la dette est illégitime. Il faut l’annuler
et mettre sous contrôle public les institutions financieres,
créer un grand pôle public bancaire public par
socialisation des banques, sans indemnité ni rachat.
Comme lors de la campagne du "NON de gauche"
à la constitution européennee, nous proposons de créer
partout des comités unitaires contre l'austérité et la
dette illégitime, rassemblant syndicalistes, altermondialistes,
militants politiques et citoyens. Des comités pour
faire converger les resistances, en France et au delà,
contre l'austérité, pour un moratoire sur les paiements et
un audit populaire de la dette publique.


Grèce générale !
Dans l'Union européenne, le mois d'octobre devrait
connaître de nombreuses mobilisations contre les plans
d'austérité des gouvernements de droite ou du PS
(Portugal, Grèce, Espagne, Italie,..).
En France, les manifestations enseignantes du 27 septembre
ont été massives et sont un encouragement
pour toutes celles et ceux qui veulent battre la droite et
sa politique. La journée d'action du mardi 11 octobre
doit être une journée de grève massive, du Public et du
Privé, contre la politique de Sarkozy.

Partager cet article

Repost 0