Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PCF : encore une guerre (nucléaire) de retard

 

Nos camarades du PCF publient cette semaine un tract dénonçant l'indécence de ''ceux qui voudraient détourner le débat à des fins électoralistes''( ici pour les curieux). Il est question de la catastrophe de Fukushima et de l'éventualité de sortir du nucléaire. Auraient-ils quelles sueurs froides de voir une partie de l'électorat partir vers les (rares) partis antinucléaires ? Voici en tout cas une noble initiative que celle de vouloir préserver une belle moralité de débat. Parce que persévérer dans la voie de l'énergie nucléaire ce serait décent, au moment où des millions de japonnais risquent de se faire irradier (augmentation de trois cent fois les doses normales de radioactivité à Tokyo, 35 millions d'habitants, France Inter 15 mars) ?

 

Pour le PCF il faut un grand débat national. Soit. Les soucis ça fait du bien quand on en parle. Une fois que l'on aura parlé du nucléaire, les radiations seront-elles moins dangereuses ? Les atomes plus propres ? ( pardon, j'arrête de déconner).

 

Il ne faudrait pas évoquer la possibilité de sortir du nucléaire parce que les citoyens, effrayés par les événements du Japon, ne seraient pas sereins dans leur jugement ? Même si les gens inquiets ne peuvent peut-être pas préciser1403-fukushima-b-A.jpg d'une façon scientifique pourquoi ils le sont, ce n'est pas pour autant que leur attitude est irrationnelle et sans fondement.

 

Un battage médiatique est fait depuis des années pour culpabiliser la population inquiète et le message sous-jacent est toujours '' si vous êtes inquiet de l'énergie nucléaire c'est que vous êtes stupide, incompétent, passéiste voir réactionnaire.'' C'est le sens de la fameuse alternative prononcé par Robert Hue à l'époque de la gauche plurielle ''le nucléaire ou la lampe à pétrole'' (paix à son âme de communiste aujourd'hui disparue).

 

Pourquoi s'inquiéter en effet, alors que des risques majeurs d'accidents nucléaires sont envisagés par les autorités administratives elle-même ? Pourquoi s'inquiéter alors que tous les responsables de la sécurité nucléaire affirment que le risque zéro n'existe pas ? Répétons le, le risque zéro n'existe dans aucun domaine. Soit. Mais une éolienne qui s'écroule c'est dommage pour la vache qui se trouve à côté, alors qu'une centrale nucléaire qui s'écroule c'est préjudiciable pour beaucoup plus de monde.

 

Alors débattons. Sans céder à la panique, sans invectives. Cet article serait trop long s'il évoquait tous les arguments qui nous pousse, nous NPA, à demander la sortie du nucléaire. Car il ne s'agit pas juste d'une question de sécurité publique. Ce sera l'objet d'un autre article. Contentons nous de poser quelques questions :

  •  
    • l'électricité d'origine nucléaire serait-elle si bon marché si l'on incluait les coûts de mise en sécurité et de retraitement des déchets ?

    • N'y aurait-il pas plus d'emplois créés pour démanteler les centrales plutôt que pour les entretenir ?

    • La France est-elle indépendante énergiquement quand son uranium vient du Canada, d'Afrique et d'Australie (çà sent bon l'argument cocardier et gaulliste au passage) ?

    • Le nucléaire est-il une énergie propre ou ne fait-on pas que déplacer la pollution dans le temps et l'espace ?

    • Etc etc...

 

Nous sommes néanmoins d'accord avec nos cousins du PCF pour remarquer (et dénoncer) que la politique du nucléaire c'est toujours faite dans l'opacité la plus totale. Besson et Fillon ont beau répéter que ''la France a fait le choix du nucléaire '' ce n'est pas le cas des français à qui on a jamais rien demandé pas plus qu'à leurs ''représentants'' parlementaires. Il y a une vraie culture du secret sur ce dossier. S'interroger sur le nucléaire en France ou réclamer la transparence c'est montrer les dysfonctionnements de la République et les ratés de la démocratie. C'est s'en prendre aux conceptions élitistes, technocratiques et finalement autoritaires des hauts fonctionnaires de l'État vis à vis des choix politiques du pays.

 

Le PCF est capable de changer de position sur le nucléaire, il lui faut juste un peu de temps, c'est normal pour un vieux pépère de 90 ans. Après tout il a déjà changé d'avis sur les pays de l'Est, sur la bureaucratie ou encore sur l'homosexualité, il n'y a donc pas de raisons de désespérer.

A bientôt dans les manif, camarades !

 

GH

 

PS : A propos, un électeur qui serait anticapitaliste ne pourrait pas voter pour Europe Écologie, si en plus il est antinucléaire, il aura du mal à voter Front de Gauche. Pour qui peut-il voter alors ? (j'ai bien ma petite idée...)

Tag(s) : #Archives NPA

Partager cet article

Repost 0