Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PROMOUVOIR L'AGRICULTURE PAYSANNE : UNE NECESSITE

 

A l'heure où les projecteurs sont braqués sur la «plus grande ferme de France», symbole de notre fierté nationale, allons entrevoir ce qu'il se passe réellement dans les coulisses de cette vitrine étincelante!

Chaque année, le nombre de paysans ne cesse de diminuer.

Cette évolution du monde agricole et l'intensification de ses pratiques nous conduisent à des conséquences multiples non sans dangers! L’organisation de la filière nous conditionne ainsi au niveau mondial : la survie alimentaire de toutes et tous dépend étroitement des aléas des importations.

Importations qui de manière insidieuse, nous conduisent à cautionner notre dépendance vis à vis des géants de l'agroalimentaire. Ces mêmes géants qui orchestrent l'agriculture intensive, reflet du modèle capitaliste à tous les points de vues :

-Exploitation : élevages hors sol auxquels s’ajoute souvent la maltraitance du bétail, esclavagisme des travailleurs ex: culture de Tomates sous serres en Espagne, vente illégale de la production israélienne cultivée en terre occupée, sur le marché européen...

-Domination: spécialisation de grandes régions agricoles comme dans les pays pauvres, en Afrique pour le Coton par exemple, empêchant ainsi leur autonomie alimentaire, synonyme d'indépendance et de développement économique.

Le paysage agricole actuel est dominé par une profession pieds et poings liés aux multinationales de l’agroalimentaire et aux instances européennes, qui, sans leurs subventions, ne pourrait pas même vivre de son activité.

 

Il en résulte un environnement saccagé, vulnérable, où il est devenu nécessaire d'apporter toujours plus : plus d'engrais, plus de traitements face à des parasites toujours plus résistants, plus d'irrigation sur des terres nues, incapables de retenir l'eau et la terre elle même.

C'est à ce prix qu'il est possible de produire à moindre coût, mais pour combien de temps encore?

 

Voilà pourquoi le NPA et les objecteurs de croissance estiment indispensable de redessiner notre paysage agricole.

 

Seule une relocalisation des modes de production pourra répondre aux divers enjeux auxquels nous sommes confrontés et devons répondre : pollution, préservation des milieux naturels, développement économique, reconsidération du respect du vivant (Homo sapiens sapiens compris).

 

Au niveau régional une politique active en faveur d'une agriculture paysanne est nécessaire et possible. Pour ce faire plusieurs axes doivent être considérés et appliqués :

  • Un plan de développement ambitieux de l'agriculture biologique avec des formations agricoles adaptées et des aides financières calculées en fonction du nombre de travailleurs et non des surfaces exploitées,

  • Favoriser l'installation de jeunes paysans par le soutien à la création de structures collectives à taille humaine (groupement d'agricultures diversifiées, petites coopératives de producteurs, laboratoire de transformation polyvalents et de proximité).

Développer des circuits courts de distribution permet également de répondre à une aberration écologique présente au sein même du département ! Le foirail de Laissac et ses expéditions de Veaux en Italie (puis en Hollande pour être abattus avant de revenir dans nos assiettes), la délocalisation du fromage fondu de Société dans le Jura sont des exemples sans équivoque !

  • Soutenir les associations et réseaux utilisant la distribution directe aux consommateurs (Marchés locaux hebdomadaires, AMAP, Magasins collectifs …

  • Favoriser l'accès au foncier par des mises en fermage de terres agricoles.

  • Agir pour la préservation de la ressource «eau». A titre d’exemple, la réappropriation de la distribution de l'eau potable par les collectivités permettrait d'impulser une réelle volonté politique pour oeuvrer à la reconquête de la qualité de l'eau ainsi qu’à la baisse de son coût. Les multinationales, comme Véolia qui gère la distribution de l'eau potable pour le bassin de Millau, considèrent la pollution de l'eau non pas comme un problème, mais comme une aubaine !! Eau polluée = Eau à traiter = des millions récoltés!

  • S'opposer fermement à la culture des OGM.

  • Aider à la sauvegarde des variétés de semences anciennes et locales.

  • Soutenir l'Accueil Paysan qui favorise un échange nécessaire entre les ruraux et les citadins.

 

 

 

Bernadette SALEIL, agricultrice,

et Antoine TALLEC, salarié agricole,

Candidats sur la liste Aveyron «NPA / Objecteurs de croissance» pour les élections régionales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Ecologie

Partager cet article

Repost 0