Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Soyons donc des bâtards !

 

Le titre de ce billet est une réponse à mon camarade CSP.

Comment en effet se dire anticapitaliste, antisystème ou révolutionnaire ou les trois à la fois et accepter les règles du jeu politique fixés par l'adversaire, voir par l'ennemi ?Pourquoi entrer dans un jeu qu'ils maîtrisent mieux que nous : celui du débat courtois, réglementé, soft ?

 

La respectabilité dont s'entourent les élus, les journalistes vedettes, le patronat, le PS, l'UMP... n'est-elle pas un élément de contrôle social ? Déclarer ''hors-jeu'' les coups de gueule, les insultes, les coups de poing sur la table n'est-il pas une façon de contrôler le débat et de laisser l'avantage aux beaux causeurs, aux rhétoriciens, aux gens drapés dans une respectabilité quelconque ? Bref aux individus disposant d'un capital culturel plus important que d'autres. Un ex-ouvrier de Molex peut-il débattre sereinement avec son ancien patron ? Un tunisien sortant des geôles de Ben Ali peut-il prendre le thé avec Alliot-Marie ? Pour ma part c'est oui aux deux premières questions de ce paragraphe, non aux deux dernières.

 

Il faut briser l'image de respectabilité que certains se donnent. '' Pour balancer des coups dans la gueule de l'adversaire, il faut le mettre à sa hauteur'' disait Gandhi... ou un autre type. Pour cela l'ironie, le rire sardonique, le sarcasme sont éminemment politiques. L'attentat pâtissier est de ce point de vue redoutable. Ce sont des armes offensives, de même que l'autodérision et l'antiparastase sont de très bonnes défenses (mais oui nous sommes des gauchistes, des bolchéviques, des gardiens de goulag, des mangeurs d'enfants...).

 

Et surtout n'ayons aucun remords car :ils nous méprisent déjàou sont condescendant ce qui revient au même. Ils font semblant de nous respecter tant que nous restons marginaux, tant que nous ne les menaçons pas.

 

Rappelons-nous du référendum sur la constitution européenne. Ils se sont sentis menaçés, à juste titre, et se sont permis tous les coups pourris possibles. François Hollande : '' Si l'on n'entend pas Le Pen, c'est que la gauche du non parle à sa place''. Wolinski : '' Voltaire, Montaigne, Montesquieu auraient voté oui, ceux qui vont voter non sont ceux qui ne les ont pas lus''. Et quand le résultat des urnes ne leur a pas convenu, ils ont décidé de s'en passer. Ce n'est pas du mépris tout çà ?

 

Autre exemple récent : Olivier Besancenot est interviewé sur BFM TV. Quand la pétasse de ''journaliste'' lui fait remarquer que Ben Laden et le NPA veulent tous deux le retrait des troupes de l'OTAN d'Afghanistan, ce n'est pas du mépris çà ? Notre vénéré leader lui répond courtoisement, sans élever le ton. Le contenu de la réponse était impeccable sur le fond, mais n'aurait-il pas été légitime de s'énerver un peu ? Qu'aurait fait un Mélenchon à votre avis ?

 

Quand Manuel Valls critique les 35h sans avoir jamais bosser, ce n'est pas du mépris ?

Quand Denis Kessler parle des ''chômeurs de complaisance'', ce n'est pas du mépris ?

Quand Sellière annonce qu'il faut ''sonner la fin de la récréation'' ce n'est pas du mépris ?

Quand l'UMP, militants, élus, ministres défendent Woerth ou les ministres passant leurs vacances chez des dictateurs, faut-il leur répondre avec du '' cher monsieur, chère madame, pardonnez-moi de ne pas être entièrement d'accord avec vous...'' ou peut-on les traiter de ''sales larbins faux-culs'' ?

J'arrête là les exemples, c'est mauvais pour ma tension.

 

Alors pourquoi se gêner ? Pour un œil les deux yeux, pour une dent toute la gueule !

Il faut les salir, les ridiculiser, les décrédibiliser, leur balancer de la merde sur leurs costards. On n'écoute pas quelqu'un de ridicule. Cela peut même leur rendre service : certains apprendront peut-être l'humilité.

Attention toutefois à être méchant sans être aigris. Çà aussi c'est mauvais pour la tension.

Je pique donc la conclusion de CSP : ''Il est venu le temps des bâtards, des chiens enragés et vicieux qui sont là pour mordre et faire mal, pour foutre la trouille et faire taire les chihuahuas droitistes, et qui porteront nos couleurs by any means necessary.''

 

Alors vive les bâtards !

 

GH

Tag(s) : #GA Aveyron

Partager cet article

Repost 0