Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.npa2009.org/sites/default/files/images/photo-regionale_0.preview.jpg

 

Les élections régionales, le 14 et 21 mars, dans un contexte de crise majeure du capitalisme, seront l’occasion de rejeter la politique du gouvernement et d’affirmer la nécessité d’une politique d’urgence, en rupture avec le capitalisme.

En France, comme ailleurs, les prétendus plans de relance n’ont d’autre objectif que d’augmenter les profits des capitalistes. Gouvernement et patronat multiplient les attaques contre les salariés par des licenciements et la régression du pouvoir d’achat. Loin de répondre à la crise, ils l’aggravent en la faisant payer au monde du travail.

À cette crise économique s’ajoute la crise climatique d’une gravité exceptionnelle. C’est le capitalisme qui en est responsable, un système économique basé sur la recherche du profit, se moquant autant de la préservation de l’environnement que du travail et de la santé des hommes. On ne peut lutter contre le réchauffement climatique sans mettre en accusation le capitalisme qui pille les richesses naturelles sans souci de l’avenir. C’est ce que les chefs d’État n’ont bien sûr pas voulu faire au sommet de Copenhague.

L’urgence sociale et l’urgence climatique se rejoignent. Pour répondre à la pauvreté, aux inégalités croissantes, au défi écologique, il faut amorcer une véritable rupture avec le capitalisme. 
Elle ne pourra se faire sans une large mobilisation de la population, dans un « tous ensemble » de luttes. Mais notre vote aux élections régionales doit servir à sanctionner ceux qui défendent depuis des décennies le capitalisme comme seul avenir possible. 
Le bilan de Sarkozy, après deux ans et demi, est édifiant : bouclier fiscal pour les riches, privatisation de la poste, autonomie des universités, recul des libertés, du droit à la santé, du pouvoir d’achat, chasse aux sans-papiers, retour d’un climat nauséabond sous couvert d’identité nationale, etc.
Depuis 2004, 20 régions métropolitaines sur 22 sont gérées par le PS, allié au PCF et aux Verts. Elles devaient être des contre-pouvoirs à la droite en menant des politiques en faveur de la population. On n’en a pas vraiment vu la couleur. Des subventions sont largement distribuées aux entreprises privées même si elles ont licencié ou fermé leurs sites. Sans sanction ni récupération de l’argent public. Les lycées privés sont parfois subventionnés au-delà des obligations légales. Les transports de proximité ne sont toujours pas gratuits et parfois privatisés. La gauche gestionnaire ne cherche pas à changer les structures inégalitaires de la société. En s’adaptant au capitalisme, elle finit par mener des politiques proches de la droite.
Si les conseils régionaux n’ont pas les pouvoirs de contrecarrer les politiques des multinationales et du gouvernement, ils pourraient néanmoins dès aujourd’hui être un cadre de lutte pour la défense des intérêts des classes populaires, un point d’appui pour des mobilisations.
Pour le NPA, ces élections sont l’occasion de permettre aux travailleurs et aux classes populaires de dire qu’ils en ont assez des politiques de la droite au gouvernement ou de la gauche libérale dans les régions. L’occasion de faire entendre le refus de payer la crise et de se donner des porte-parole faisant entendre leurs exigences, leurs droits.
Elles permettront au NPA de populariser un programme d’urgence pour les travailleurs face à la crise et à la faillite des politiques libérales. Tout en œuvrant à l’unité du monde du travail et de ses organisations dans les luttes pour changer le rapport de forces.
Sandra Demarcq

Tag(s) : #Archives NPA Elections 2009-2010-2011

Partager cet article

Repost 0